La Maison des Sorcières illustre une page douloureuse de l’histoire d’Alsace, celle des procès de sorcellerie jugés à Bergheim entre 1582 et 1683. Des images, des gravures, des films, des archives et des textes courts en français et en allemand interrogent le passé et nous invitent à porter un regard sur l’exclusion et l’intolérance.

Pour tenter de comprendre ce phénomène, la Maison présente une exposition permanente qui évoque d’abord l’époque des sorcières- l’Alsace aux XVIe et XVIIe siècles, le passage du Saint Empire romain germanique au Royaume de France à partir de 1648, la vie à Bergheim (droits, privilèges, autorités, bailliage), la société rurale marquée par la peur. Puis les procès de Bergheim- les 40 femmes accusées, les étapes pour devenir sorcière ,le Tribunal des Maléfices, le procès français de 1683.

Elle rappelle en conclusion que ces procès qui décrivent fantasmes et faits imaginaires racontent aussi la vie quotidienne des gens fortement marquée par la guerre, la misère, la famine, la crise économique, l’adultère, la prostitution, la maladie…

Ce lieu de mémoire ne porte pas de jugements, il invite à réfléchir et à interroger l’histoire des mentalités, il s’intéresse en particulier au rôle, au statut et à l’image de la femme à cette époque.

Bergheim, situé au cœur du vignoble, est proche de nombreux monuments et lieux historiques : Ribeauvillé et ses 3 châteaux, Sélestat et sa Bibliothèque Humaniste fondée en 1452, le château du Haut Koenisgbourg, Riquewihr, cité médiévale, Hunawihr et son église fortifiée, Colmar et son fabuleux retable d’Issenheim, œuvre de Mathias Grünewald au début du XVIe siècle…